Qui êtes-vous ?

Ma photo
Histoires d'une endogirl qui voulait changer les choses...

jeudi 2 juin 2011

Tiens ?? Le Hamster sait encore écrire ?? On pensait qu'il avait les pattes foulées...

... eeeeeeet vous aviez bien raison !! Quelle feignasse ce hamster... En même temps, c'est vrai, le Hamster n'était plus tout à fait lui ces derniers temps... Il s'était mis à fréquenter sa couette et son oreiller plus souvent que son PC... Il filait un mauvais copeau... Que voulez-vous ma bonne dame, tout fout le camp de nos jours... 

Bref... 

Passons...

Ne tergiversons pas...

Ne restons pas là-dessus, quoi...

On va pas en faire tout un plat (de lentilles ? mouarf !! mais quel humour !)...

A noter tout de même que je tape cet article alors que Maxi Love est absent, mais Mini Moi ultra excité par plusieurs jours de pluie (merci Vishnou pour la Terre et mes tomates), ce qui signifie absence d'activité défoulatoire dehors alors qu'on en avait pris l'habitude (comprenez donc que Mini Moi n'est plus un simple enfant, mais bel et bien un croisement entre un Iggy Pop déchaîné et un lapin Duracel longue durée. Trèèèès longue...), et devant une énième projection de Cars (drogue favorite dudit Mini Moi) sur le grand écran de la télé situé juste derrière mon (tout) petit écran de PC... Ca, c'est juste pour l'ambiance...

Alors, la dernière fois que je vous avais raconté mon hamtavie, je vous avais expliqué que certaines choses étaient... comment dire... ben... dégeu en fait. Oui, voilà, dégeu, c'est le terme. Bon, depuis il s'est passé un certain nombre de choses... On va reprendre dans l'ordre...

D'abord, il y avait eu Pâques, dont je n'avais pas eu le temps de vous parler... Et Vishnou sait qu'il y a à dire. Ou pas en fait. Par contre, il y avait à manger !! Et je ne sais pas si je vous l'ai déjà dit, mais dans la plupart des chocolats on trouve du lait !! Même dans le chocolat noir !! Même dans le chocolat à plus de 70% de cacao... !! En fait, le seul qui n'en ait pas, c'est le chocolat nestlé dessert... Heureusement qu'il existe celui-là... Parce que comment vous dire... Le chocolat dans ma vie c'est... comment vous faire comprendre ?... Arf... Je cherche mes mots... Je dirais... Indispensable... nécessaire... obligatoire - intrinsèque -vital - voire même primordial et fondamental... Alors LA fête du chocolat, sans pouvoir en manger un seul... Et puis bon, dans ma famille, il y a toujours certes un bon petit repas avant, mais surtout un dessert de ouf, que ma soeur se fait un plaisir de mitonner et créer chaque année. Bon, ok, ma soeur ET mon beau-frère. Genre ça quoi : 



tu la vois la crème, là, au milieu, entre les deux couches de génoise moelleuse ?...


Détail du dessert pour que vous puissiez saisir l'ampleur de la difficulté...


Bon, le repas, on l'a fait chez nous cette année, du coup, j'avais fait autre chose (à savoir rouleaux de printemps maison quand même !!!), histoire de pouvoir tout manger... Mais le dessert... ARGH !!! Le dessert !!!!!... Comment faire... Ben ma soeur, cet amour (oui tout à fait, je lèche un peu ses tongs, mais bon, si je veux qu'elle continue, il faut quand même... mais juste un peu. Pas déc' non plus.) m'avait concocté de petits biscuits sans aucune trace de lait... Si. Et même qu'ils étaient super bons ! Comme quoi... D'ailleurs, vous noterez qu'elle n'avait pas que fait des biscuits, elle avait fait carrément une oeuvre d'art culinaire... Voyez vous même :

Tout est fait main, sauf les petits oeufs...


On avait aussi acheté des petits oeufs aux fruits, pour que je ne sois pas frustrée de petits zoeufs quand même... Mais bon... A part le petit lapin en chocolat noir de Lindt qui ne contenait ô miracle pas de lait du tout, ça a été dur dur... Et j'avoue, oui, j'avoue avoir croqué quelques zoeufs en chocolat noir (qui ne contient quand même que des traces de lait hein, le craquage est resté modéré) il faut dire que ceux là je les connais, et ils sont trop bons pour pouvoir résister. Je vous rappelle aussi que j'en étais à plusieurs semaines de sevrage déjà à ce moment là...

Petit aperçu de la table du dessert, sans la poule qui avait été entamée...


Détail qui tue...
D'autant que ces magnifiques sucettes ont été faites ici,
avec Mini Moi et  Belle Soeur désignée volontaire pour mettre les mains dans le chocolat et former les boules...

Bref. Pâques était passé, sans trop de difficulté, et avec assez de retenue... Et je reprenais mon petit hamster de chemin, graines, laits végétaux, poissons, coquillages et crustacés. Mais pas sur la plage abandonnée.

Cependant, le pire se profilait à l'horizon...

Le pire étant que nous étions invité au mariage de ma petite cousine, pour tout un week-end. Et qui dit mariage dit bonne et grosse bouffe. Evidemment, je n'allais pas dire à ma cousine "ah au fait, si tu pouvais me concocter des menus particuliers pour moi toute seule, parmi tes 200 invités pour tout le week-end sans aucune trace de lait ou de viande, ça m'arrangerait. Non, je ne suis pas intolérante au lactose, c'est juste une expérience que je fais..." Du coup, je suis partie en me disant que j'allais essayer d'éviter les aliments bannis au maximum, et puis m'accorder quelques écarts. Pleine de bonne volonté la Lilli ! 

Mouais. 

Pleine d'illusions aussi.

Premier repas, le samedi midi, sur la route, dans une pizzeria. Sauf que là, y'a du fromage sur toutes les pizza. Bon. Je demande donc une pizza végétarienne sans fromage. Je l'ai, je la mange, elle est bonne, tout va bien. Je dois préciser quand même pour la véracité du récit et afin que mes chers lecteurs ne doutent pas un instant de l'objectivité de mes propos, que pendant ce temps, cette même soeur qui avait été si bonne pour moi à Pâques, se tapait une pizza tartiflette, sans complexe aucun, assise à quelques centimètres seulement de mon naseau. En face de moi quoi. Pizza Tartiflette. Ai-je besoin d'en préciser les ingrédients ??

Oui, je la mets en extra large pour que vous compreniez bien l'ampleur de la torture...

Ai-je déjà précisé que ledit naseau était d'ailleurs particulièrement fin, sensible et délicat, ce qui ne facilite pas la tentative d'abstraction de l'environnement olfactif si vous voyez ce que je veux dire...

[Youpi ! Cars est fini !! Allez hop ! Au légo Mini Moi !]

Et en dessert, deux solutions s'offraient à moi, encore une fois : mousse au chocolat ou salade de fruit. J'ai déjà expliqué que les salades de fruits des restaurants je m'en méfie parce que c'est soit un truc en boîte où on ne retrouve plus aucun des goûts ni aucune des consistances des fruits saladés soit une occasion magnifique pour le cuisto peu scrupuleux de mélanger n'importe comment les fruits un peu abîmés qu'il n'a pas pu mettre dans ses tartes maison de la semaine passée. Donc, j'opte pour la mousse au chocolat. Sauf que Maxi Love était aux aguets et expose soudain d'une voix fort suspicieuse un fait terrible dont j'avions effectivement connaissance avant que mon inconscient ne se charge de le faire disparaître : certains mettent du beurre dans leur mousse au chocolat. Argh, triple flûte et moult saperlotte. Posons la question par acquis de conscience. La réponse est sans appel : il y a effectivement du beurre dans cette mousse au chocolat. Bien. Dans un élan de stoïcisme absolu, je choisis donc la salade de fruits. Qui fût évidemment désolante. Dans un soucis de clarté, je précise encore une fois que ledit Maxi Love c'est retrouvé reclassé en Moyen Love tout de suite après cet incident pour une durée forfaitaire de trois bonnes heures. Certes, il est prévenant, mais parfois, ne pas savoir c'est bon aussi... Enfin, ce qui est bon surtout c'est la mousse au chocolat. Qu'il a prise, lui. 

L'après-midi passe, le mariage se fait, clap ! clap ! clap ! on applaudit... Diantre qu'on est ému... Mon Vishnou ! Que tu es belle ma chère cousine... bla bla bla... 

Pendant ce temps, la bête s'est réveillée : j'ai faim. Faut dire aussi qu'une pizza à pâte très fine garnie uniquement de légumes et une salade de fruits pas terminée parce que vraiment les pommes n'étaient pas bonnes, ça cale pas son Kubiac !!


Du coup, je suis affamée. Arrive le moment du fameux Vin d'Honneur. Petits feuilletés à foison. Sauf que feuilletés = pâte feuilletée = beurre... Heureusement, il y avait des légumes frais coupé en petits morceaux à grignoter avec des sauces, genre dips. Et des crevettes préparées au guacamole. Divin !! Mais bon, j'allais pas toutes les manger non plus, affamée certes mais respectueuse des codes de savoir vivre tout de même. Donc, je mange des petits légumes crus. Mais sans sauce, parce qu'elles sont toutes à base de fromage blanc. Peccato... Alors j'en croque un, puis un autre, puis une autre... Tout en écoutant d'une oreille distraite la femme d'un cousin me parler des repas qu'elle prépare à ses enfants (en résumé, il semblerait quand même qu'elle fasse des pâtes tous les soirs, et tous les midis des légumes crus sans assaisonnements parce que les enfants aiment comme ça... no comment.)

[Merci Vishnou, Maxi Love est rentré et a emmené Mini Moi dehors... Quel caaaalme...]

Mais il n'empêche que ça non plus ça cale pas quand on a vraiment les crocs... Enfin, après d'interminables heures à masquer tant bien que mal les bruits de mon estomac révoltés, nous passons à table.

Les mises en bouches sont servies...

C'est ce moment précis que Mini Moi choisi pour marquer son mécontentement profond face à ce plan de table révoltant qui le place au moins à 2m50 de son père et moi. 

Il ne veut pas être si loin. 

Je ne veux pas céder. 

Maxi Love prend finalement les choses en main après que je l'ai menacé occulairement de sérieuses représailles, et je peux enfin me jeter sur ma mise en bouche juste avant qu'une serveuse bien mal intentionnée pense que je ne suis pas attirée par la chose minuscule qui attend bien sagement dans mon assiette... Je la regarde (la mise en bouche, pas la serveuse, parce qu'à ce moment là l'humain ne m'intéresse plus, seule la bouffe trouve grâce à mes yeux. Enfin, à mon stomac surtout.) et là, c'est le drame. Cette minuscule chose semble bourrée de crème fraîche... Longues secondes de suspens... Que faire ?



Evidemment, le rien à péter l'emporte par KO sur la bonne conscience affamée... Genre bonne grosse raclée bien de chez nous... Genre, y'a même plus la patte arrière qui tressaute encore par réflexe. Genre, je tape encore un peu et je saute dessus juste pour être sûr que je lui ai bien mis sa pâtée. 

Alors, enfin, je mange... Et je mange TOUT ce qu'on me sert sans même me demander ce qu'il peut y avoir dans mon assiette... Je suis affamée depuis des heures, je ne vais pas me mettre en danger si je consomme un laitage ou de la viande, par contre, si je ne mange pas, là je mets en danger l'entière population qui m'entoure... Le choix est évident... Je fais quand même l'impasse sur le fromage blanc et les choux à la crème de la pièce montée. A ce moment-là, il me reste encore un peu de sérieux...

Le lendemain, au petit déj', je boude le lait frais, mais je m'octroie du beurre, du vrai, et des minis-viennoiseries, c'est trop bon, quel bonheur... Sur la route du retour, difficile de trouver un sandwich sans fromage, et en plus ils coûtent tous un oeil, je finis par prendre du pain et du fromage... Raaaah... Quel bonheur... Du camembert en plus... Ca me maaaaaanque le fromage !!!!...

Evidemment, je suis décidée pendant tout ce temps à me reprendre en main dès le lundi suivant.... Mais je n'y arrive plus. Avoir regoûté à toutes ces choses divines m'en a redonné une envie encore plus exacerbée. Je n'ai envie que de fromage et de saucisson, et par dessus tout d'un bon jambon beurre au cornichon... Alors, je lutte, je lutte, mais je n'y arrive pas toujours. A ma décharge, j'ai un peu l'impression de lutter contre David Douillet avant son régime. Plus je lutte plus j'ai envie de lait, de fromage et de flan... Bizarrement, la viande ne me tente pas plus que ça, si ce n'est le jambon cru et le saucisson... Et puis les desserts sont durs durs, la compote ça va bien mais 6 semaines plus tard, c'est le ras la coupelle !!!

C'est d'autant plus dommage que je suis persuadée que cette période sans lait m'a fait beaucoup de bien... Alors, je ne baisse pas complètement les bras, je ne me résigne pas et j'essaie d'être sérieuse...


Oui Môssieur !!!! J'y arrive pas tous les jours, mais j'essaie... Bon, c'est super dur... Mais c'est pas que de ma faute...



Comment ça mon oeil !!! Oui Madame c'est vrai de vrai !!!

Bon, puisque vous ne me croyez pas je me tais. Non mais.



 Nan, c'est pas vrai. En fait, j'ai tellement parlé de bouffe, que j'ai super faim et que je vais manger... Bon appétit mes Ham'is !! La prochaine fois, je vous parlerais des conséquences gastriques désastreuses du craquage. Quoique. Il me semble soudain avoir été tellement claire sur ce coup là que les explications sont désormais dérisoires... Non ?

4 commentaires:

Anonyme a dit…

mdrrrrrrrr !!!!!! j'adooooooore la vision que tu as de mon neveu et de ton homme!! desolée d'avoir pris la pizza tartiflette, mais si ça peut te consoler, dis-toi qu'elle s'est installée sur mes hanches...!!!!!!!

Lilli H. a dit…

maigre consolation... mes hanches étant déjà bien plus large que les tiennes...

bé a dit…

Pauvre hamster... Tu as plongé... Essaye les patchs la prochaine fois ;)

Supère Z@z@ a dit…

j'aime bien le "anonyme" que l'on a de suite identifié comme la soeur ingrate qui se tape la pizza tartiflette sous les nazeaux du Hamster affamé...
(4h50 et non l'heure fantaisiste qu'ils vont afficher! :p )